Couettes laine ou duvet-Surmatelas 

Produits de 1 - 11 sur 11
Produits de 1 - 11 sur 11

Moins répandue que la couette en duvet, la couette en laine reprend petit à petit du terrain. Proches l'une de l'autre, elles sont toutes deux fabriquées à partir de matières naturelles et renouvelables, une différence fondamentale avec les couettes en synthétique, moins chères, mais fabriquées à partir de matériaux issus de la pétrochimie. A l'...

Moins répandue que la couette en duvet, la couette en laine reprend petit à petit du terrain. Proches l'une de l'autre, elles sont toutes deux fabriquées à partir de matières naturelles et renouvelables, une différence fondamentale avec les couettes en synthétique, moins chères, mais fabriquées à partir de matériaux issus de la pétrochimie. A l'intérieur du match couette en laine - couette en duvet, chaque camp fait valoir ses arguments: extrême légèreté et pouvoir calorifique imbattable pour la plume, meilleur pouvoir thermorégulateur, meilleur bilan environnemental, et plus de made in France pour la couette en laine.

La couette en laine est la plus thermorégulatrice

Par effet thermorégulateur, on désigne la capacité de la couette en laine à isoler du froid, sans accumuler un trop grand surplus de chaleur. Cet effet thermorégulateur est également un des points forts du duvet, notemment par rapport aux couettes synythétiques, mais rien ne bat la laine à ce petit jeu là. Les volatiles équipés de duvet migrent naturellement sur un axe nord-sud pour se prémunir des températures extrêmes selon les saisons, alors que les moutons, que l'on trouve du Maghreb à l'Islande, n'ont pas d'autre choix que de faire avec le climat local. La nature les a donc pourvus d'une sorte de "clim réversible" qui régule la température corporelle. C'est ce qui se passe avec une couette en laine. Elle isole moins à poids égal que le duvet, mais évacue mieux mieux l'excès de chaleur, ainsi que la transpiration naturelle du dormeur. A pouvoir calorifique égal, on devra donc choisir une couette en laine plus lourde qu'une couette en plume, mais dans laquelle on ne "crève pas de chaud"...

La couette en laine est plus écologique

Avant d'intégrer la garniture d'une couette, le duvet doit passer par un process industriel assez lourd (lavage, stérilisation, triage) intégrant des détergents et très consommateur d'énergie. La laine doit elle aussi être traitée, mais le process est plus simple, du moins dans la fabrication de la couette en laine que propose Landmade: un lavage à l'eau de rivière sans ajout de savon, et un cardage en nappe: si la cardeuse est une machine de taille conséquente, et que l'eau doit être chauffée dans un cumulus électrique, le bilan énergétique d'une couette en laine est sensiblement meilleur que celui d'une couette en plume. N'oublions pas non plus que la laine se renouvelle tonte après tonte sur un animal vivant, alors que la plume provient d'un animal mort. Pour les âmes sensibles, la couette en laine offre peut-être un meilleur compromis.

La couette en laine est plus artisanale

On vient de voir que le process du traitement de la matière première est plus léger pour une couette en laine que pour une couette en duvet. La fabrication d'une couette en duvet, la confection de la housse et sa garniture est également assez complexe. Une couette en duvet est constituée de compartiments cloisonnés, sauf une petite ouverture par laquelle le duvet sera injecté à la machine. La housse étant compliquée à confectionner, elle provient même chez les fanricants français, le plus souvent de sous-traitants à l'étranger. La couette en laine est nettement plus "low-tech" à confectionner: une nappe de laine cardée prise en sandwich entre deux épaisseurs de tissu, et surpiquée au cadre. Un matériel moins lourd, à la portée d'un artisan, mais du coup, comme rien n'est automatisé, plus de main d'oeuvre. Le coût d'une couette en laine est princialement expliqué par la main d'oeuvre, celui d'une couette en duvet par le prix de revient du duvet.

More